Extermination de 12000 perruches à Madrid : coup de gueule

Si Paris est peuplée de pigeons, considérés comme des nuisibles par la législation, à Madrid ce sont de ravissantes conures qui pullulent dans les arbres. 

Conure

On fait le point ici sur cette décision madrilaine, ses raisons et sa bêtise.

Le plan d'éradication

Il a été décidé à Madrid depuis le lundi 7 octobre 2019 et sera mis en oeuvre à partir de l'automne 2020. 

Son principe ?

  • Capture d'oiseaux adultes 
  • Stérilisation des oeufs

Les conures sont de petits perroquets très bruyants qui vivent en groupes, mais surtout très destructeurs ! Ils se reproduisent très bien, et se sont bien adaptés à un milieu de vie qui n'était pas leur biotope naturel.

Conure madrir

Pourquoi est ce parfois nécessaire de réguler une espèce ?

Originaires d'Amréique du Sud, les conures se sont fait une place prédominante à Madrid au détriment des espèces locales dont elles mangent la nourriture et à qui elles transmettent des maladies. On parle alors d'occupation de la niche écologique, c'est à dire que l'espèce envahissante se développe au détriment des espèces locales. 

Vous voulez d'autres exemples ?

  • Les chats et chiens errants en Nouvelle Zélande (introduits notamment pour chasser les lapins...), qui agressent la faune endémique de l'île et sont en partie responsables de l'extinction des oiseaux incapables de voler comme le Moa et le blue penguin.
  • Les lapins en Nouvelles Zélande, qui déciment les prairies, ce qui est une catastrophe pour les moutons et les vaches des élevages, et ainsi pour l'économie entière du pays  
  • Les tortues de Florides, qui se développent si bien dans nos rivières et sont tellement voraces qu'elles laissent peu de nourriture pour nos cistudes
  • Les écureuils de corée (tamia sibiricus), qui eux aussi se sont trop bien incrustés dans la niche écologique de notre écureuil européen. 

régulation espèces niches écologiques exemples dr nacophile drnacophile dr coquelle

Dans tous ces cas, la régulation des espèces citées est importante pour éviter l'extinction des espèces menacées par leur présence... Allez, vous voyez arriver le point commun à tous ces exemples, et le coup de gueule qui va avec ?

Alors pourquoi un coup de gueule ?

Vous l'avez certainement deviné, mais voici un indice :

Predateurs

Vous l'avez compris, le point commun à toutes ces histoires, c'est l'Homme et son irresponsabilité. L'Homme, qui ne réfléchit pas aux conséquences de ses actes, à l'époque pour se nourrir, puis pour réguler la population de lapin qui pose problème localement, tout en créant un autre problème avec l'introduction de prédateurs qui ne se contentent pas d'attaquer les lapins, mais également les espèces locales. Les chats ont d'ailleurs fait l'objet eux-même d'une campagne d'éradication en Australie. 
Puis, plus récemment l'Homme toujours, pour avoir voulu posséder un animal exotique comme la tortue de Floride ou l'écureuil de Corée, et qui a permis à ces espèces d'envahir notre écosystème où nos espèces sauvages locales souffrent ou disparaissent. Si ces animaux ne sont pas des nuisibles par nature, ces phénomènes de mode se font parfois au détriment de leur bien-être et de l'écologie. 

Une leçon à tirer ? Un animal est un être vivant, et ne devrait jamais être considéré comme une rolex. Un animal introduit sur un continent différent doit être réhabilité dans son milieu naturel ou gardé en captivité en cherchant au maximum à coller à ses besoins nutritionnels et comportementaux (bien entendu, pour des animaux autorisés par la loi), mais en aucun cas être relâché dans notre Nature

C'est notre responsabilité de NACophiles ;-)

Cet article vous a plu ?

N'hésitez pas à le partager pour responsabiliser vos connaissances

et abonnez vous sur Facebook  ou Instagram pour connaître tous les futurs articles !

Logo dr coquelle fond gris

niche écologique protection espèces extinction moa pigeon nuisible régulation Madrid éradication Conure