Stase digestive

LapinCobaye

Les stases digestives sont une situation fréquente chez le lapin et le cobaye, chez qui 24h sans selle constituent une urgence absolue. Chez ces deux espèces, elles peuvent avoir des conséquences dramatiques, et il est essentiel de s'adresser à une équipe compétente pour une prise en charge optimale. 

Les causes de la stase digestive

La stase digestive est une diminution du transit qui se traduit généralement par un défaut de vidange de l'estomac et un contenu gastrique qui s'accumule et se déshydrate. L'animal entre alors dans un cercle vicieux décrit dans le schéma récapitulatif ci-dessous, qui peut aboutir à un état de choc, une déshydratation extrême du bol alimentaire qui se comporte alors comme un corps étranger (trichobézoard, phytobézoard) occlusif et au décès de votre compagnon.

Les causes de départ peuvent ainsi être :

  • La douleur : toute situation de douleur peut aboutir à un ralentissement du transit et une diminution des déplacements. Le fait de ne plus se déplacer aggrave la diminution du transit chez le lapin et le cobaye, à l'instar des personnes allitées plusieurs semaines qui finissent par éprouver des difficultés de défécation. Les situations fréquentes chez le lapin sont les situations de malocclusion dentaire, de douleur abdominale secondaire à une tumeur utérine (voir l'article "Pourquoi stériliser ma lapine ?"), une fracture, un calcul présent dans l'appareil urinaire... Chez le cochon d'inde, la maladie dentaire est également l'une des premières causes de ralentissement de transit, ainsi que la présence de kystes ovariens parfois volumineux chez la femelle. 

 

  • La déshydratation : lorsque le bol alimentaire se déshydrate, il progresse plus difficilement dans l'appareil digestif. Une phase de fermentation excessive commence alors par les bactéries naturellement présentes dans le tube digestif, causant une accumulation de gaz douloureuse (ballonnement). Ainsi, toute cause de déshydratation peut aboutir à un ralentissement du transit, comme une insuffisance rénale, une insuffisance hépatique suite à une anorexie prolongée (lipidose hépatique), une insuffisance cardiaque... 

 

  • Autres causes : la période de mue où l'animal ingère énormément de poil peut occasionner des douleurs au ventre et un ralentissement du transit car ceux-ci progressent moins facilement que la verdure dans le tube digestif. D'autres facteurs favorisants sont le stress, l'apport d'aliments gras et sucrés non adaptés pour la flore digestive commensale des herbivores. Les fiches suivantes vous permettent d'apporter à votre lapin ou votre cobaye une alimentation adaptée essentielle dans la prévention des stases digestives.

Digestif trichobezoard 1

Radiographie avec produit de contraste : mise en évidence d'un trichobézoard chez un lapin

Diagnostic et traitement

 

  • Diagnostic

Le diagnostic de la stase digestive est clinique et radiographique (ou échographique). En effet, l'auscultation des bruits digestifs et l'évaluation des selles sont de premiers indices de stase digestive. La radiographie seule permet de confirmer le diagnostic et de permettre la mise en place du protocole thérapeutique, comme par exemple la décision de commencer ou non l'alimentation assistée. On comprendra en effet aisément qu'il est inutile et dangereux d'apporter du gavage à un animal dont l'estomac est déjà rempli et ne parvient pas à transiter dans la suite du tube digestif. L'échographie permet quant à elle d'évaluer la contractilité du tube digestif.

 

  • Traitement en urgence

Le traitement d'urgence est généralement un traitement symptomatique, c'est-à-dire qu'il prend en charge chaque élément du cercle vicieux décrit ci-dessous afin d'empêcher les complications et de résoudre la stase digestive. Les éléments principaux de cette prise en charge sont une réhydratation, un anti-douleur puissant et une réalimentation, qui passent nécessairement par une hospitalisation lorsque l'animal est en arrêt de transit.

Les autres éléments de la prise en charge sont d'encourager l'animal à se déplacer pour favoriser la reprise du transit, parfois la mise en place de molécules activatrices du transit (appelées prokinétiques), d'un antibiotique limitant la prolifération de la flore bactérienne gazogène.

  • Recherche et traitement des causes

Cette étape est essentielle pour prévenir le risque de récidive. Elle peut intervenir dans un second temps une fois l'animal stabilisé, sauf dans certains cas comme la présence d'un corps étranger. A titre d'exemple, une fracture du fémur n'engage pas immédiatement le pronostic vital de votre animal, contrairement à l'état de choc. De plus, la phase de stabilisation (aussi appelée phase de "réanimation médicale") est incontournable avant d'envisager une anesthésie longue pour chirurgie orthopédique. C'est une étape qui peut être frustrante car l'animal est menacé pour une cause de départ inconnue ou non résolue, mais c'est bien la prise en charge d'urgence qui doit être prioritaire à l'arrivée de votre herbivore de compagnie. Pour cette raison, la résolution de la cause intervient parfois plusieurs semaines après avoir guéri la stase digestive, comme dans le cas des kystes ovariens du cobaye ou de la tumeur utérine de la lapine !

Stase dig

Hospitalisation et pronostic

L'hospitalisation est indispensable jusqu'à l'obtention de selles. Il est rare qu'elle dure moins de 48h après la mise en place du gavage. Il est ainsi fréquent de devoir hospitaliser votre animal durant 3 à 4 jours. Le pronostic dépend bien entendu de la cause initiale. En regroupant l'ensemble des stases digestives AYANT ETE TRAITEES, une étude menée à l'ENVA a montré un taux de rétablissement de 87,7% (VILMOUTH 2015). La mesure d'une glycémie très élevée à l'admission est un facteur pronostic péjoratif (HARCOURT-BROWN 2012). Une situation d'occlusion (5% des cas) opérée présente un taux de survie de 40%. Le pronostic vital reste engagé tant que l'animal n'a pas produit de selle. Des récidives sont observées dans 30% des cas, ce risque étant limité par la réduction de l'apport calorique.

 

Sources

LICHTENBERGER M : Fluid Resuscitation and Nutritional Support in Rabbits with Gastric Stasis or Gastrointestinal Obstruction, Exotic DVM. December 2010;12(4):13-17

LICHTENBERGER M., LENNOX M. : Updates and advanced therapies for gastrointestinal stasis in rabbits, Vet Clin North Am Exot Anim Pract. September 2010;13(3):525-41.

QUESENBERRY K., CARPENTER JW : Ferrets, Rabbits and Rodents : Clinical Medicine and Surgery, 3nd Ed., St Louis (Missouri), Ed. Saunders, 2012, 596 p

  • MAYER, CONNELLY : Clinical Veterinary Advisor Exotic Animals

VILMOUTH S. : Le syndrome de stase digestive du lapin, étude descriptive des facteurs épidémiologiques et du pronostic, thèse vétérinaire (ENVA), 2015

HARCOURT BROWN - Glucose Glycaemia Intestinal obstruction rabbit, Vet Record 2012, June 30. 

Ajouter un commentaire