Athérosclérose

Gris du gabon

 

L'athérosclérose est une maladie vasculaire qui se met en place de manière chronique, à l'instar de l'Homme chez qui l'artériosclérose et son lien avec le cholestérol est bien connu. Cette maladie peut aboutir à des situations de morts subites sur des oiseaux asymptomatiques durant des années, et existe aussi bien chez les perroquets que chez les rapaces ou oiseaux aquatiques tels que les manchots.

Qu'est ce que l'athérosclérose ?

Il s'agit d'un dépôt de matière graisseuse dans l'épaisseur de la paroi des artères. Plusieurs types de lésions sont décrites et correspondent à plusieurs stade de l'avancement de la maladie. Au départ, des cellules inflammatoires se chargent des lipides abondants dans la circulation sanguine, puis c'est directement les lipides qui s'accumulent hors des cellules pour former des athéromes, ou noyaux lipidies, dans la paroi des artères. Dans les stades avancés, les athéromes forment de véritables plaques lipidiques entourées d'une capsule fibreuse qui vient réduire le diamètre de l'artère (sténose) et donc limiter le passage du flux sanguin

La classification de Stary est celle adoptée par l'American Heart Association pour décrire ces différents stades : 

Atherosclerose schema

Schéma de l'American Heart Association (site)

Chez quels oiseaux ?

Toutes les espèces d'oiseaux peuvent présenter des lésions d'athérosclérose. Cependant, il existe des facteurs de prédiposition bien connus en captivité. 

 

  • L'âge : les animaux âgés présentent davantage de risque de présenter cette maladie, car elle s'installe de manière chronique
  • Les femelles : les femelles présentent des variations normales du cholestérol, des LDL (low density lipoprotein) et des triglycérides durant leur cycle de reproduction, ce qui semble les prédisposer aux dépôts d'athérosclérose. 
  • Certaines espèces : les gris du Gabon, les amazones et les calopsittes sont particulièrement touchés par cette maladie. A l'inverse, les aras et cacatoès, qui mangent une alimentation plus grasse dans leur habitat naturel, semblent plus résistants à cette maladie. 
  • Le cholestérol sanguin : une forte concentration en cholestérol dans le sang favorise l'apparition d'athérosclérose chez le perroquet. Il a même été montré chez les conures que plus le cholestérol est élevé dans le sang, plus les lésions sont importantes. 
  • L'alimentation : une alimentation riche en cholestérol ou autre matière grasse cause la maladie. Des perruches ondulées et des conures veuves nourries expérimentalement avec un régime à 1 ou 2% de cholestérol ont montré des lésions d'athérosclérose au bout de seulement 2 mois !

Atherosclerose predispo

Quels sont les signes de la maladie ?

Les signes peuvent être très divers. Ils sont liés au fait que le sang ne circule plus correctement dans les artères, qui peuvent parfois être complètement obstruées. Ce passage difficile du sang, lié au diamètre réduit et à la rigidité de l'artère athérosclérotique (photo suivante), peuvent avoir des conséquences cardiaques, mais également neurologiques et respiratoires. Contrairement à ce qui se passe chez l'Homme, il est rare que des morceaux de plaque lipidique se détachent dans le sang et provoquent des signes cliniques.  

Atherosclerose vaisseaux

  • Conséquences cardiaques

Le coeur est une pompe dont le muscle, appelé myocarde, augmente son travail pour expulser le sang dans ces artères anormales. Progressivement, celui-ci peut se modifier et des lésions de fibrose apparaissent, qui empêchent le myocarde de se contracter normalement. Une insuffisance cardiaque peut en résulter, et parfois des morts subites suite à des troubles du rythme. 

  • Signes respiratoires

Elles sont probablement secondaires à la maladie cardiaque. Une respiration difficile (dyspnée) peut être observée, ainsi qu'une intolérance à l'effort avec essoufflement et durée réduite du vol. 

  • Signes neurologiques et locomotrices

Le flux sanguin n'arrivant plus normalement aux centres nerveux, des conséquences neurologiques sont souvent observées. Il peut s'agir de convulsions, de perte de conscience, d'incoordination des membres postérieurs (ataxie), de boiterie, voire même de gangrène sèche d'une patte.

 

Comment la dépister ?

Le diagnostic est difficile du vivant de l'animal, car malheureusement seuls les oiseaux gravement atteints présentent des signes cliniques visibles par le propriétaire. C'est ainsi sur une maladie très avancée que le vétérinaire intervient, avec un risque de mortalité lors du transport vers la clinique, au cours de l'examen clinique ou de la réalisation des examens complémentaires. 

 

  • Le dosage du cholestérol sanguin : comme nous l'avons mentionné précédemment, le cholestérol est en lien avec l'apparition des lésions d'athérosclérose. Ainsi une prise de sang avec un dosage de la cholestérolémie peut apporter des indices de la maladie. Ce n'est pas un diagnostic de certitude car les femelles peuvent aussi avoir un cholestérol élevé de manière normale durant la ponte. 
  • La radiographie : les vaisseaux sont normalement peu visibles en radiographie, sauf dans le cas où ils sont épaissis par les plaques d'athérosclérose. Dans certains cas, des calcifications sont même présentes ce qui rend les artères particulièrement visibles. Cet examen est moins sensible que le scanner, l'IRM et l'endoscopie, mais est disponible dans la plupart des cliniques vétérinaires.
  • L'échocardiographie : il s'agit d'observer le coeur en mouvement grâce à une sonde d'échographie adaptée. Cette technique permet de montrer une insuffisance cardiaque, et parfois de visualiser des calcifications à la base de l'aorte. 
  • L'IRM et le Scanner : ce sont les techniques d'imagerie de choix actuellement en France pour visualiser de manière plus précise les vaisseaux. L'angiographie n'est pour l'instant pas disponible pour les oiseaux.

Scanner atherosclerose

Service d'imagerie du CHV Frégis

  • L'endoscopie : elle permet la visualisation directe des vaisseaux de la base du coeur grâce à l'utilisation d'un embout rigide muni d'une source de lumière et d'une caméra qui permet d'observer en temps réel les organes à travers les sacs aériens de l'oiseau. 

5aendoscopie

Endoscopie réalisée par le Dr Huynh au CHV Fregis (lien)

  • Le diagnostic post-mortem : l'autopsie permet de diagnostiquer les lésions d'athérosclérose.

Prévenir et soigner l'athérosclérose

Le traitement de l'athérosclérose est pour le moment empirique et basé sur celui de l'Homme, c'est à dire qu'il n'existe pas encore de preuve de son efficacité chez l'oiseau. L'utilisation de certaines statines ont été essayées mais il est difficile d'obtenir une concentration sanguine suffisante chez l'oiseau. L'essentiel de la gestion de cette maladie passe donc par la prévention

Il est nécessaire d'apporter une activité physique à son oiseau en captivité. Cela passe par le fait d'encourager le vol et les autres déplacements, mais également par le foraiging, c'est à dire la recherche alimentaire (plus de détail sur l'article suivant). De nombreuses idées sont disponibles sur les sites de propriétaires passionnés et investis avec leur oiseau, nous vous en mettrons à disposition régulièrement sur Pinterest. Un autre élément de prévention est la diminution des facteurs de stress : mise à disposition d'un abris, sommeil dans une pièce calme à l'écart des "prédateurs"....

La mise en place dès l'adoption d'une alimentation saine et adaptée à votre oiseau est bien entendu la meilleure des préventions. Malheureusement il n'existe pas encore d'étude ayant déterminé la valeur de cholestérol et de LDL dans l'alimentation qui diminuerait le risque d'athérosclérose, mais gardons à l'esprit que les perroquets en captivité ont tendance à trier leurs graines pour sélectionner les plus grasses (graines lipidiques). La solution granulé permet de prévenir ce risque et c'est l'une des premières choses mises en place lorsque votre vétérinaire suspecte une surcharge graisseuse du foie ou une athérosclérose. 

Sources

BAVELAAR, BEYNEN 2004-Atheroscleroris in parrots. A review, Vet Q 26(2), p. 50-60

BEAUFRERE 2013 - Avian atherosclerosis : parrots and beyond, Journal of Exotic Pet Medicine, 2013, 22, p. 336-347

BEAUFRERE 2014 et al. - Association of Plasma Lipid Levels With Atherosclerosis Prevalence in Psittaciformes, 2014, 28(3), p. 225-231

BEAUFRERE 2013 - experimental diet induced atherosclerosis quaker parrots, Vet pathol, 2013, 50(6), p. 1116-1126

PILNY 2004- Evaluation of Chlamydophila psittaci infection and other risk factors for atherosclerosis in pet psittacine birds, J Am Vet Med Assoc, 240 (12), p. 1474-1480

 

Ajouter un commentaire