Au secours, mon perroquet crie trop !

Le bonheur d'avoir un perroquet peut parfois se retrouver quelque peu "entâché" quand il se met à crier fortement dans l'appartement... Bonne ambiance avec les voisins pour les propriétaires de cacatoès et aras !

Cherchons à comprendre ce qui produit ces cris, et comment les limiter pour une cohabitation plus tympan-friendly ;-) !

Cri perroquet

Un comportement naturel

Les vocalisations au sens large sont un mode d'expression important chez le perroquet, en lien avec son activité sociale; En effet, la plupart des espèces de perroquets vivent en couple ou en groupes familiaux, avec des relations sociales très fortes. Lorsqu'un perroquet se retrouve séparé de son groupe, les cris leur permettent de se localiser mutuellement pour se rejoindre. 

En contexte de captivité, l'humain prenant la place de ce groupe, il est donc tout à fait naturel pour un perroquer de vous appeler lorsque vous êtes absent, à distance de lui, ou en train de vous éloigner. 

L'effet recherché pour l'oiseau est donc de vous voir vous rapprocher de lui, de solliciter votre attention.... vous voyez où je veux en venir ? 

Perroquet nature

Objectif : Non au renforcement !

Voici les réactions les plus fréquentes lorsque Coco a décidé de donner de la voix : crier en retour sur l'oiseau, venir couvrir la cage, prendre l'oiseau, lui parler doucement....Voyez vous un point commun entre elles ? Toutes apportent de l'attention à l'oiseau, que ce soit de manière positive ou négative !

Renforcement cri

 

La première étape pour limiter ces cris est ainsi d'éviter ce renforcement des vocalisations. Cela peut être d'autant plus difficile que parfois il s'agit de comportements ou situations que l'on ne soupçonnerait pas comme le fait pour l'oiseau de voir votre ombre sur le mur, ou de voir votre chien remuer de la queue en vous voyant approcher. Le secret réside alors dans le fait d'être attentif pour repérer quels comportements ont l'air de renforcer les cris chez votre oiseau. 

 

Mettre en place l'apprentissage

  • Un cri = un éloignement

Le perroquet poussant généralement ses cris pour obtenir de l'attention, c'est l'apprentissage inverse qu'il est bon de réaliser. L'oiseau doit au contraire apprendre que le fait de crier crée une distance. Le temps de l'apprentissage au moins, ette distance doit être systématique : dès que l'oiseau se met à crier, vous vous en éloignez physiquement et détachez votre intérêt de lui. Il est important de prendre garde aux comportements de renforcement accidentels, qui peuvent pousser l'oiseau à essayer encore et encore. Certains propriétaires pourront traverser une période difficile si l'oiseau décide d'augmenter l'intensité des cris pour attirer l'attention. Dans ce cas, il est encore plus important de tenir le coup, même si cela peut se révéler difficile, car toute réponse pourrait inciter l'oiseau à crier encore plus fort la prochaine fois. Le timing a une réelle importance pour que le perroquet comprenne, avec dans l'idéal un éloignement immédiat lors de cris

 

  • Apprendre un autre mode d'appel

L'autre secret pour vous débarasser des vocalisations indésirables réside dans le fait de renforcer chez l'oiseau un autre comportement qui nous plaît davantage pour nous appeler, comme la production d'un son plaisant. Cela permet de lui apprendre qu'il obtiendra de meilleurs résultats en produisant ce son qu'en criant, et de l'amener à préférer ce comportement positif pour nous à l'ancien. Dans ce cas, il est donc important que la réponse soit la plus systématique et rapide possible lorsque le perroquet appelle. Là encore, le timing est important et doit être le plus rapide possible. S'il n'est pas possible de se déplacer dans la seconde pour répondre à la demande de l'oiseau, il faut lui faire savoir que son appel a bien été compris (par exemple en lui disant "je viens"). 

Schema 1

Anticiper les moments propres aux vocalisations

Vous avez probablement remarqué certains moments plus propices aux cris durant la journée. Nos animaux sont particulièrement attentifs et intelligents pour repérer nos rituels, c'est-à-dire cet ensemble de petits comportements que nous adoptons juste avant de partir (ou d'aller dormir). C'est ce dont nous avions déjà parlé pour le chien ici

Il est possible d'anticiper ces moments en proposant une activité pour occuper votre perroquet quand vous prévoyez de partir, par exemple une activité de foraging (recherche alimentaire). Il est bien sûr important de mettre cette activité en place avant toute vocalisation, au risque que cette activité alernative devienne un renforcement des vocalisations. 

 

Cet article vous a plu ?

Partagez le et retrouvez nous sur Facebook et Instagram

 

Sources 

HEIDENREICH : Solution for common exotics behaviour problems, Proceeding ICARE 2015

LUESCHER : Manual of Parrot Behaviour, Blackwell Publishing, 2006.

M. DEMAN sur son site Parole de plumes